Les ateliers, formations, résidences

Dans le cadre de sa politique culturelle, l’université de Franche-Comté propose tout au long de l’année universitaire, sur les campus de Franche-Comté, des ateliers de pratique artistique, médiation scientifique, accompagnement de chercheurs et doctorants, projets pédagogiques artistiques, résidences d’artistes, en collaboration avec les acteurs du terrain.

Les ateliers de pratique artistique à destination des étudiants de l'université

Les objectifs de ces ateliers sont de :

  • permettre aux étudiants de découvrir et/ou de pratiquer une activité artistique encadrée par des intervenants professionnels,
  • explorer et valoriser la créativité, l’imagination des étudiants,
  • favoriser un lieu d’écoute et de partage autour d’une activité artistique,
  • enrichir la formation personnelle des étudiants et aiguiser leur esprit critique,
  • rassembler les étudiants autour de projets collectifs, avec des présentations publiques (journées nationales des arts et de la culture dans l’enseignement supérieur, coordonnées par le Ministère de la Culture en mars), en lien avec l’actualité de l’université, des composantes…

> Découvrez tous les ateliers de pratique artistique proposés par l'université de Franche-Comté

Contact : Service Sciences, arts et culture - Ghislaine Gaultier - 03 81 66 20 82 - ghislaine.gaultier@univ-fcomte.fr

 

Les projets artistiques portés par les enseignants

Chaque année, depuis 2015, les enseignants sont invités à répondre à un appel à projets artistiques, à destination des étudiants et en lien avec des professionnels de l’art et de la culture

Ces actions conçus par l’équipe enseignante, programmées sur l’année universitaire, sont un espace fertile pour des projets innovants, culturellement riches et variés, ainsi qu’un laboratoire d’expérimentation des nouveaux enjeux pédagogiques.

Ces projets artistiques sont accompagnés et soutenus par le service Sciences, arts et culture et la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne-Franche-Comté (DRAC BFC)

Contact : Service Sciences, arts et culture - Ghislaine Gaultier - 03 81 66 20 82 - ghislaine.gaultier@univ-fcomte.fr

Télécharger l'appel à projets artistiques 2020 2021

Les formations à la vulgarisation scientifique

Accompagner les chercheurs dans la diffusion de leurs travaux. Préparer les étudiants au monde professionnel. Faire découvrir l’actualité de la recherche.

Média training

Apprentissage des connaissances de base en communication et appropriation des outils permettant : la diffusion de savoirs auprès du grand public, la présentation de la recherche aux différents médias et aux entreprises, faire face à la caméra, s’exprimer au micro de façon simple et efficace.

Accompagnement à la vulgarisation

Une formation dédiée aux doctorants dont l’objectif est d’apprendre à mener des ateliers-discussions de 20 minutes avec tous types de public, pour rendre accessible un sujet de recherche et ouvrir le débat. Ce dispositif a été lancé grâce au Programme d'investissement d'avenir (PIA) "Réseau des expérimentarium".

MT180 - Ma thèse en 180 secondes

L’université propose à ses doctorants de concourir à "Ma thèse en 180 secondes". Les participants à ce concours international doivent concevoir une intervention captivante autour de leur sujet de recherche. 3 minutes pour remporter l’adhésion du public et/ou du jury et se hisser à la première place.

"Ramène ta science"

Proposée aux étudiants de licence et de master, toutes filières confondues, cette formation fait partie des unités d’enseignements libres développées dans le cadre du projet RITM-BFC (nouveaux cursus à l’université pour Réussir – Innover – Transformer – Mobiliser en Bourgogne-Franche-Comté) : s’initier à la vulgarisation scientifique sur des travaux de recherche locaux, en produisant des interviews, articles, reportages audio ou vidéo...

Contact : Service sciences, arts et culture - 03 81 66 20 06 - sciences-arts-culture@univ-fcomte.fr

 

Résidence participative

BAM !

BAM ! est un cycle de résidences artistiques participatif venant questionner les usages du campus de la Bouloie coordonné par l’université de Franche-Comté, l’association Juste Ici et le CROUS Bourgogne-Franche-Comté.

Chaque année, durant 4 années universitaires consécutives, des artistes ont été invités à élaborer un projet qui se construit au cœur du campus universitaire. Comment vit-on sur un territoire ? Comment le traverse-t-on ? Qu’aimerions-nous y voir, y faire ? Quelle place pour l’humain, la nature, les croisements ?

Chaque résidence a développé un projet de création in situ en renouvelant les liens entre étudiants, laboratoires, personnels de l’université et habitants du quartier, permettant des rencontres, des ateliers, des recueils et collectes de témoignages auprès des usagers du campus. Autant d’outils qui permettent à chacun d’exprimer ses envies, ses besoins et ses attentes à partir d’un territoire qu’il parcourt de façon quotidienne ou occasionnelle. Ce lien est un des axes prioritaires du projet qui interroge de fait également les représentations du campus. Ce sont ces représentations que les artistes questionnent, détournent, transforment pour nous donner à voir et à vivre le campus différemment.

Ont été accueillis 4 collectifs d’artistes : l’atelier graphique Terrains Vagues (images et mise en espace), Le Cabanon vertical (aménagement urbain participatif), le collectif Bim (art du mouvement in situ) et l’atelier Bivouac (paysagistes tout terrain). La Bouloie a ainsi vu naître une carte sensible du campus, des mobiliers urbains, un sentier naturaliste ponctué de performances.

Contact : Service sciences, arts et culture - Élodie Méreau - 03 81 66 51 86 - elodie.mereau@univ-fcomte.fr

Descriptif du projet

Juste Ici

1 artiste, 1 labo, 1 œuvre

Questionner les avancées de la recherche en les confrontant à l’univers de l’art contemporain, permet une approche innovante et inclusive de la démarche de création, que celle-ci soit scientifique ou artistique. C’est également rapprocher deux univers singuliers et permettre l’émergence d’une médiation nouvelle auprès des publics : imaginer la science par les yeux d’un artiste, offrir un espace de croisement des regards. Ces résidences permettent d’accueillir 1 à 2 artistes par an tout en mobilisant la communauté scientifique et pédagogique. Elles font l’objet de restitutions et de rencontres à destination du monde universitaire et du grand public.

Contact : Service sciences, arts et culture - Élodie Méreau - 03 81 66 51 86 - elodie.mereau@univ-fcomte.fr

# 2018 Sarah Ritter / Institut FEMTO-ST

L’artiste

Photographe plasticienne, Sarah Ritter ne travaille pas par anticipation, mais par « occasion », arpentage de terrains divers, sans savoir précisément à l’avance ce qu’elle cherche. Ces occasions lui permettent d’accumuler un certain nombre d’images qui, peu à peu, trouvent leur place dans son œuvre et s’articulent ensemble. Elle cherche un point de bascule entre le visible, le montré dans l’image, et ce qu’on ne voit pas. Au cœur de cette intention aveugle, le montage des images entre elles devient comme un chœur, équivocité affirmée. Sarah Ritter co-dirige le projet de recherche "Léviathan", basé sur Moby Dick d’Herman Melville, avec Cédric Loire à l’école supérieure d’art de Clermont métropole (ESACM). Elle expose dans différentes structures ou événements culturels comme le Granit (Belfort), les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie (Québec), l’Institut Français d’Helsinki - Cable Factory, ou encore la Cité internationale des Arts (Paris). http://www.sarahritter.net

Le labo

L’institut FEMTO-ST (Franche-Comté Électronique Mécanique Thermique et Optique – Sciences et Technologies, UMR 6174) est une unité mixte de recherche, placé sous la quadruple tutelle de l’université de Franche-Comté, du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), de l’École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques (ENSMM) et de l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM). Il compte aujourd’hui plus de 750 membres, départements scientifiques, services communs et direction confondus et est divisé en sept départements. Sarah Ritter a été accueilli dans le département d’optique au sein duquel l'optique et la photonique sont au cœur des recherches. Ces disciplines de prédilection sous-tendent également des activités significatives en microtechniques et en nanosciences. Par ailleurs, le département développe également des projets pluridisciplinaires dans ces domaines avec les autres départements de FEMTO-ST. https://www.femto-st.fr/fr

L’œuvre

Marcher - la lumière en tête
Installation en salle noire / 2018

L’installation est une plongée dans l’univers du laboratoire qui travaille sur le biomimétisme, autrement dit la science qui s'inspire des formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant. Les recherches du département d’optique de l’Institut FEMTO-ST se basent entre autre sur les échanges d’informations, le lien entre la lumière et la transmission de l’information au sens large et s’inspire en partie du fonctionnement du cerveau humain. Sarah Ritter propose une interprétation artistique de ces recherches, en écho avec ses propres expérimentations photographiques et plastiques des liens entre l’humain et les espaces naturels.

Sur deux tables de manipulation optique issues du laboratoire, trois vidéoprojecteurs projettent des photographies dans des prismes provenant des archives et des objets patrimoniaux de l’Institut FEMTO-ST. Tantôt le prisme renvoie l’image sur les parois de la salle (murs, plafond), tantôt il est l’écran de projection même. En dialogue avec ces projections, une forme caustique, créée par un dispositif optique. Ici les instruments scientifiques deviennent médium artistique. Un voyage entre visible et invisible, à la fois poétique, sensoriel et onirique.

# 2019 Fabien Léaustic / Institut Right

L’artiste

Fabien Léaustic est diplômé d’une école d’ingénieur et de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Il poursuit ses recherches au sein du programme doctoral SACRe (Sciences, Art, Création, Recherche) financé par PSL (Paris Sciences Lettres). Il expose son travail dans différentes institutions comme le Palais de Tokyo et le CENTQUATRE (Paris), le Centre des arts d’Enghien les Bains, la Casa de Velazquez (Madrid), le FRAC Franche-Comté (Besançon), ou des structures indépendantes comme la Fondation Vasarely (Aix-en-Provence), l’Espace Pierre-Cardin (Paris). Ses œuvres entrent en résonance avec un processus scientifique et épistémologique qui sous-tend la base de son travail. Il explore les rapports d’échelle, les différents matériaux et médium pour proposer un travail allant du monumental au plus intimiste. Sensibilité, matière, mise en forme(s) et en espace(s) offrent ainsi des lectures multiples où la puissance d’évocation fait appel à nos imaginaires face aux différents phénomènes qui nous entourent. https://fabienleaustic.fr

Le labo

L’Institut RIGHT, UMR1098, Équipe TIM-C, Groupe « Autophagy, Epigenetics and T-cell Immunity in Cancer (AETIC) » s’intéresse aux rôles des acteurs de l’autophagie (un mécanisme cellulaire de réponse au stress) et des acteurs de l’épigénétique (un mécanisme de régulation de l’expression des gènes) dans le développement des cancers. Leurs projets de recherche sont axés sur des étapes importantes de la progression tumorale : l’agressivité tumorale et la formation de métastases et l’échappement des cellules tumorales au système immunitaire. Une meilleure compréhension de ces mécanismes permettra le développement de nouveaux traitements basés sur des approches de thérapie cellulaire et génique pour lutter contre le cancer. http://univ-fcomte.fr/pages/fr/umr-1098---relation-hote-greffon-8143.html

L’œuvre

Genèse d’un paysage médusé
2019 / Photographie couleur / Série de 3 images : 100x80 cm avec encadrements noirs

Il est possible d’isoler l’ADN présent dans les cellules et de le rendre visible à l’œil nu. Cette expérience a été réalisée par Fabien Léaustic avec les chercheurs du laboratoire. Ils ont mis au point une recette efficace (avec des produits du quotidien) pour précipiter l’ADN de l’artiste à partir de ses propres cellules buccales. L’ADN précipité de cette manière porte un nom : la méduse ADN. Ce qui a en partie inspiré le nom de cette série : "Genèse d’un paysage médusé". Les méduses d’ADN semblent ainsi flotter comme les nuages dans l’atmosphère, paysage faisant appel à notre imaginaire. Ces images jouent sur une vision en deux temps, le lointain et le proche, et posent la question au regardeur de ce qu’il est réellement en train d’observer de façon poétique et inattendue.

Fabien Léaustic a mis également à profit son temps de résidence pour poursuivre ses recherches avec un nouvel élément encore en travail qui intègre la série. Un projet vidéo réalisé avec le concours des chercheurs de l’Institut RIGHT et qui questionne nos représentations et la place de la recherche au XXIe siècle.

« Ce nouveau projet s’intègre à une réflexion plus vaste qu’est ma recherche doctorale ayant pour sujet d’étude la prospective. La recherche scientifique mettant en jeu la génétique constitue, à mon sens, une matière paradoxale portant à réflexion. C’est ce qui a orienté le souhait de travailler avec la matière plastique la plus proche, la plus intime, la plus immédiate, la plus directe, mais peut-être la moins intuitive : mes propres gènes. C’est la matière première la plus légitime que je peux utiliser car elle n’enlève rien à notre monde, je la puise en moi, à l’image du processus de création propre à chaque artiste. Ce qui est épatant, c’est que le résultat est une nouvelle sorte d’empreinte génétique unique, tout comme mon génome, qui devient alors un paysage non reproductible. De paysage, il en est question, signifiant peut-être que nous devons nous évader de l’impasse d’une vision anthropocentrée de notre rapport à l’environnement sur lequel nous agissons et inversement. » Fabien Léaustic